Gains de productivité : pourquoi les cabinets les reperdent

productivite_performanceGains de productivité : pourquoi les cabinets les reperdent ?

Ce titre suggère que les cabinets réalisent des gains de productivité mais qu’ils ne les conservent pas. La question suivante est donc : comment réaliser des gains de productivité conservés et mesurés en bout de chaîne dans un cabinet ?

Ces gains sont généralement mesurés par le ratio CA/collaborateur (en raisonnant en ETP tous personnels confondus, non productifs inclus). Ce ratio a progressé historiquement mais il commence à décroître en 2015 :

  • en province, il se situe autour de 75K€
  • dans les grandes métropoles régionales : 90K€
  • à Paris : + de 100K€.

Plusieurs raisons expliquent cette décroissance des gains de productivité

La première raison tient à ce que cette mesure n’est pas pure car elle est impactée par la décroissance tendancielle des honoraires qui masque le gain de productivité.

La baisse des honoraires étant plus rapide que le gain de productivité, notre ratio ancestral diminue.
C’est en soi l’indication d’un danger qui guette les cabinets dans la durée.

La seconde raison est plus intéressante car peu connue : des gains de productivité réalisés sur des ressources humaines « non goulot » sont reperdues dans la chaîne de production du cabinet.

goulotUn peu de Théorie des Contraintes explique cette seconde raison

La logique des gains de productivité avait été découverte dans l’industrie par Elyahu GOLDRATT (auteur du best seller « Le but ») dans les années 80 : c’est le goulot principal à un instant t qui limite la performance globale du système (l’entreprise).

Tout gain de productivité réalisé en dehors du goulot principal se perd puisque le réel goulot finira par empêcher le gain de productivité de se matérialiser en bout de chaîne.

Ce qui a deux conséquences :

  1. si vous n’avez pas de planning de charge, vous êtes dans l’incapacité de situer votre goulot principal à tout moment. Or c’est le cas de 98% des cabinets actuellement ;
  2. accumuler aveuglément des outils de productivité risque bien de se heurter à ce principe et de rendre quasi inopérants vos investissements. C’est dommage !…

La solution pour conserver et mesurer vos gains de productivité

Deux dispositifs doivent être mis en place :

  1. Vous devez viser la réduction des délais de production pour capter vraiment des gains de productivité.Exemple : terminer votre période fiscale un mois plus tôt en fixant des dates de rendez-vous clients plus tôt et un système de pilotage ;
  2. Il vous faut construire un pur indicateur de vitesse de production qui ne soit pas perverti par des notions financières (montant des honoraires). Exemple : un nombre de jours moyen entre l’envoi de la check-list au client et la date de la télétransmission de la liasse.

Les logiciels du marché sont dans l’incapacité de vous fournir des éléments

La plupart des logiciels actuels ne procurent pas les outils pour ce faire :

  • pas de planning de charge dynamique
  • pas d’outil de création d’indicateur de vitesse.

Il ne vous reste plus qu’à passer des heures et des heures dans des tableaux Excel monstrueux ou à abandonner l’idée de construire un jour un cabinet performant et pérenne ! Ou bien encore à regarder l’outil TurboBusiness (en savoir plus ici) qui peut vous procurer cela (vidéos de présentation du logiciel ici).

actionDécouvrez 6 axes de performance pour rebooster votre cabinet.
Participez à la journée de lancement du Turbo’Club le 30 novembre 2016 à Paris.

Le programme est ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *