Le Six Sigma

Six SigmaIl a été créé dans les années 80 dans l’industrie des composants électroniques notamment chez Motorola (qui a déposé la marque) et se développe essentiellement depuis la fin des années 90.

Héritier des travaux de Gauss (loi normale) et de Deming (PDCA), il propose une méthode statistique de traque de la variabilité de la qualité et d’amélioration opérationnelle, en créant une métrique de mesure des défauts rapportés à un nombre d’occurrences.

Ses objectifs :
–      Réduire la variabilité des processus ;
–      Réduire les non-conformités de produits ;
–      Atteindre un niveau de qualité exceptionnel.

Ses apports :
–      Des mesures et indicateurs rigoureux ;
–      Une meilleure capacité d’analyse des performances ;
–      La maîtrise de projets complexes.

DmaicCliquez sur l’imagette pour voir le détail.

Sa méthodologie : le DMAIC

  1. Détecter (les dysfonctionnements)
  2. Mesurer (au moyen d’indicateurs)
  3. Analyser (ce qui peut être optimisé)
  4. Implémenter l’amélioration
  5. Contrôler (les résultats).

Ses gains sont très impressionnants et rapides :
–      Division du nombre de défauts par 150 ;
–      Division par 2 du temps de mise sur le marché ;
–      Augmentation de la productivité de 500% ;
–      Economies financières considérables.

Les outils du Six Sigma répondent parfaitement à la phrase : « Ce qui ne se mesure pas ne s’améliore pas ! »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *