L’expert comptable soupape du système ?

alerteL’expert comptable soupape du système ?

Combien de temps encore les cabinets comptables pourront-ils être utilisés comme la soupape de tous les acteurs du système ?

Nous décrivons depuis plusieurs années dans nos articles de réflexion la difficulté grandissante des experts comptables (et de leurs équipes) à boucler leurs périodes fiscales : et deux articles de personnalités de la Profession Comptable, parus coup sur coup, nous interrogent…

Le Président de l’Ordre Philippe ARRAOU pose le problème de fond en ces termes : « Si nous ne pouvons que nous réjouir des intentions réformatrices et simplificatrices exprimées par les pouvoirs publics, les errances dans lesquelles sombrent parfois les projets tant attendus et l’empressement que manifestent ensuite leurs promoteurs à transférer sur des tiers la responsabilité de leur mise en œuvre (ou de ce qu’il en reste) ne peut que plonger notre profession dans un abîme de perplexité.

Tout processus de simplification induit d’abord une phase de transition génératrice de complexité à court terme et donc de surcroît de travail pour celui qui en espère les bénéfices sur le long terme. Or, l’investissement nécessaire de l’entreprise engagée dans un processus de simplification est généralement déporté sur l’expert-comptable qui l’accompagne et qui joue, de fait, un rôle essentiel dans sa mise en œuvre. »

Philippe BARRE, expert comptable et consultant s’interroge lui sur « La course entre folie réglementaire et ordinateurs » et dénonce le fait que les mesures de simplifications travaillent uniquement sur les dispositions passées mais pas sur l’avalanche permanente de dispositions nouvelles produites par des législateurs fous !

Il indique : « En matière sociale et fiscale, le numérique simplifie certes les obligations bien rodées, mais permet aussi une complexité croissante, qui sans lui, n’aurait pu se matérialiser. Tous les ans de nouvelles complications épuisent les professionnels avec le rodage coûteux de nouvelles applications informatiques. »

Et constate : «  »Où passe la productivité apportée par le numérique ? » Réponse : « A compenser le massacre de l’économie par les ignorants qui nous gouvernent ».

C’est un fait : le gain moyen de productivité est inférieur à 1% par an, avec un empilage d’outils de production et beaucoup de courage… On atteint les limites ?

PerteEt les chefs d’entreprise de TPE se déchargent sur leur expert comptable tout en mettant la pression sur les honoraires…

En réalité, les cabinets sont pris dans un énorme jeu de pression qui inclue de nouveaux prestataires, des éditeurs, des hébergeurs, des politiques nationaux ou européens, des personnels de génération Y, Z etc… et des confrères et consoeurs qui parfois en viennent à casser eux-mêmes leurs prix !

Devons-nous envisager que les « tares » de notre système français qui complique tout vont se réformer bientôt ?

Et que la concurrence et la course folle aux textes et aux nouveaux outils vont s’arrêter ?

Si je peux me permettre une opinion, depuis trente ans que je crée et gère des entreprises, je prends la pari que non.

L’expert comptable soupape du système ? Pour combien de temps encore ?…

Les cabinets sont condamnés à peaufiner leur organisation

Pour nous, une seule chose est sûre, les experts comptables doivent optimiser tous leurs processus de production pour mieux planifier et piloter toute cette complexité croissante : c’est la rançon d’une productivité et d’une performance croissantes, gage de pérennité et de limitation du stress.

Nous retrouvons ici nos « 5P » (voir la méthode du même nom).

Cette optimisation est un préalable à tout : aux démarches conseil, au marketing et au commercial, aux embauches de nouveaux personnels etc… bref à la mutation vers un nouveau modèle économique !

Bon courage à ceux qui continueront à gérer leur cabinet dans des feuilles Excel et sans vision globale de leurs goulots d’étranglement, ni indicateurs de mesure ! Ils vont droit dans le mur…

Ne serait-ce d’ailleurs pas plutôt de la témérité, voire de l’inconscience plus que du courage ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *