4 fondamentaux pour votre cabinet

Businessman at work in his office4 fondamentaux pour votre cabinet afin de ralentir ou d’inverser des évolutions négatives

Sur notre blog « Facturez-plus » (lien vers l’article intégral ici), nous avons identifié quatre « fondamentaux » pour mettre votre cabinet dans les meilleures conditions.

En synthèse :

  1. La valorisation des honoraires et la négociation de ceux-ci doivent partir sur des bases saines dès le premier rendez-vous avec le prospect, avec si possible une signature en one shot pour éviter la logique du mieux-disant et les tarifs agressifs à coup de remise initiale en pensant se refaire plus tard !
  2. La production optimisée doit également devenir un sujet d’attention : nous pensons que 30 à 50% des temps passés par vos collaborateurs ne sont pas justifiés ce qui est considérable…
  3. La facturation automatisée et maximisée de ce qui est vendu mais également ce qui est produit en plus est un troisième sujet crucial : 90% des cabinets facturent mal les travaux réalisés et notamment ceux qui sont « hors mission » ;
  4. Enfin, la prévision de trésorerie, sa remontée et son suivi à terme ne sont pas au niveau, aussi bien dans les cabinets que chez leurs clients !

LeviersComment transformer chacun de ces points en « levier de performance » pour votre cabinet ?

  1. Concernant l’optimisation des honoraires, une nouvelle façon de discuter avec les prospects doit permettre à l’expert d’adapter ses honoraires à un prix psychologique souhaité en jouant sur les modalités de production de la mission, et ceci sans utiliser la remise pure et dure : ce point sera précisé dans de prochains articles ;
  2. Les cabinets doivent étudier et optimiser leurs processus : les deux premières phases, à savoir l’organisation du client et ses approvisionnements au bénéfice du cabinet doivent être particulièrement soignées. En effet, l’explosion de nouvelles technologies multiplie les modalités de production collaborative, et celles-ci sont mal gérées à la fois en termes d’honoraires mais également de maîtrise productive ;
  3. Pourquoi rechercher du CA à grands frais quand on en perd systématiquement depuis des années sur le périmètre de ses missions traditionnelles et du « petit exceptionnel » lié ?
  4. Facturation tardive et manuelle, insuffisance du prélèvement automatique, absence de relance clients et installation dans un encours pléthorique (plus de 120 jours de CA) ? La plupart des cabinets coure derrière sa trésorerie et ne possède aucun outil de prévision de trésorerie…

organisation12Notre conclusion ? De nouveaux processus de production et de gestion doivent être envisagés collectivement pour remédier à ces insuffisances.

Car la situation de beaucoup de cabinets sur ces quatre fondamentaux est moyenne et parfois précaire ce qui n’est plus très enviable dans le contexte économique et concurrentiel actuel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *