Fintechs : le crépuscule de la comptabilité ?

fintech-disruptionFintechs : le crépuscule de la comptabilité ?

Désintermédiation… Dématérialisation… Disruption…

Répondez à l’étude RC&A Consulting – Evoliz sur les nouvelles architectures logicielles comptables disponible sur ce lien.

Comme dans de nombreux autres secteurs, le monde des cabinets d’expertise comptable est bousculé par des forces de pression multiples et une réinvention en cours de leur métier !

Le mot « ubérisation » a fait l’objet de beaucoup d’articles récents.

De nouveaux intervenants, éditeurs de logiciels dans le monde compta-finances (les fameuses « fintechs ») proposent des outils orientés clients en liaison directe avec la captation des données bancaires : instantanés, disponibles 24H/24 et 7J/7, sexy et novateurs, ils commencent à intéresser les clients des cabinets et à impacter ces derniers.

Ainsi sont nés les outils de 3e génération (saas et collaboratifs mais orientés cabinets) puis ceux de 4e génération (full web, collaboratifs et proposés en direct aux tpe et aux particuliers).

Ils remettent en question dans un premier temps la tenue comptable et les déclarations de TVA, mais on imagine déjà que la révision, la production des bilans et la construction de la liasse fiscale sont déjà dans le viseur de futurs outils équipés d’intelligence artificielle.

Comment faire prendre la greffe ?

Les cabinets, massivement équipés de logiciels de 2e génération (outils sous Windows des 4 éditeurs majeurs : Cegid, Sage, Agiris, ACD) voient débouler ces deux générations depuis plusieurs congrès.

Intéressés mais dubitatifs et toujours prudents vis-à-vis de ces outils parfois encore incomplets, opérés par des intervenants fragiles ou lointains, tout naturellement, les cabinets attendent de voir ou bien ils effectuent des tests sur quelques dossiers.

Mais l’un des problème majeurs, outre la capacité et la pérennité de ces logiciels, c’est bien leur articulation avec les logiciels comptables déjà en place.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la relation entre les éditeurs des différentes générations n’est pas au beau fixe, chacun essayant de protéger ses clients et son avenir, avec des philosophies souvent opposées :

  • éditeurs de 2e et 3e génération : gammes intégrées et complètes pour verrouiller au maximum les clients ;
  • éditeurs de 4e génération : logique d’un écosystème de partenaires pour additionner les compétences et faire rapidement progresser leurs parts de marché.

Incontestablement, cela complique la tâche des cabinets pour architecturer une cohabitation fluide et efficace.

residence-principaleUne étude nationale pour mieux comprendre la position des cabinets et leurs projets

Nous avons voulu mieux comprendre la perception actuelle des cabinets comptables, voir leurs besoins en relation avec ceux de leurs clients actuels et futurs, et les problèmes qu’ils rencontrent pour refonder leur architecture logicielle :

  • avec la fiabilité et la pérennité souhaitées
  • en protégeant leur lien direct avec les clients et en protégeant au mieux leurs données
  • tout en évitant une explosion de leurs coûts (hébergement et abonnement logiciel).

Répondez à l’étude RC&A Consulting – Evoliz sur les nouvelles architectures logicielles comptables disponible sur ce lien.

Les résultats seront disponibles en priorité fin juin 2016 pour les répondants et au congrès de Bruxelles pour l’ensemble de la Profession Comptable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *