Productivité des cabinets : le tueur n°5

TueurProductivite2Productivité des cabinets : le tueur n°5

Hyper-focalisation sur les outils de dématérialisation, télescopage des générations de logiciels comptables, absence d’organisation clients, de collaboration fluide et de processus standardisés sont nos quatre premiers « tueurs » de temps.

Le lien vers le « Tueur de productivité n°1 »

Le lien vers le « Tueur de productivité n°2 »

Le lien vers le « Tueur de productivité n°3 »

Le lien vers le « Tueur de productivité n°4 »

Téléchargez notre Livre Blanc complet sur cette page.

Le tueur n°5 : L’absence de culture et de méthode avancée d’organisation

Démarche qualité (processus, procédures, manuel d’organisation, indicateurs), techniques organisationnelles (théorie des contraintes, lean management, six sigma…), mesure systématique de la performance (big data interne, nouveaux indicateurs de vitesse, de débit, de qualité)…

La présence et l’exploitation d’une culture et de méthodes propres à ces démarches sont encore ultra-minoritaires, quand parfois, on ne dispose même pas d’une gestion des temps de qualité correcte au sein du cabinet.

Peu d’experts comptables possèdent cette culture car elle ne fait pas partie de leur cursus d’étude : et il faut bien reconnaître qu’elle n’était pas nécessaire il y a encore quelques années !

Par ailleurs, l’organisation des clients, la gestion des obligations et des approvisionnements sont encore trop souvent laissées à l’initiative et à l’empirisme des collaborateurs

TauxDeValeurAjouteeOn ne peut alors s’étonner du résultat (productivité et rentabilité en baisse) et de la perpétuation de périodes fiscales plus calamiteuses chaque année.

La gestion des « appros » et de la tenue en « file d’attente » fait aussi des merveilles…

Nous rencontrons depuis un petit nombre d’années des cabinets qui ont poussé très loin ces sujets et qui affichent alors un avantage concurrentiel énorme se caractérisant par des performances hors normes.

Pionniers, ils se sont emparés de ces techniques souvent issues de l’industrie, ont potassé des ouvrages spécialisés, et ont souvent développé des outils logiciels spécifiques en support. Ils appliquent alors l’équation magique de la productivité à trois ingrédients.

Nous avons la chance de les rencontrer dans nos missions sur le terrain et de constater l’imposante marge de progression disponible pour la Profession : plutôt encourageant. Reste cependant à s’en emparer !…

actionComment combattre ce « tueur »?

De notre côté, nous avons développé, avec des consultants issus d’autres mondes professionnels, la Méthode des 5P qui permet, avec le support de TurboBusiness, d’optimiser les processus, la planification, le pilotage, la productivité et la performance globale des cabinets.

Les épisodes à suivre…

Le tueur n°6 : Les lois du temps appliquées aux cabinets

Voir aussi notre étude complète sur les générations de logiciels comptables sur ce lien. Votre avis est important !

A lire absolument :
« Le But » d’Eliyahu GOLDRATT disponible ici.

2 comments for “Productivité des cabinets : le tueur n°5

  1. dupont
    22 juin 2016 at 9 h 53 min

    une partie du problème de la perte de productivité tient au fait que la formation des experts comptable laisse peu de place à la formation de base. nombre d’experts comptables lorsqu’ils étaient stagiaires sont affectés à des tâches de contrôles (cac, supervision de compta), cela s’explique par le fait qu’on ne peut pas mettre à la saisie des gens dont le salaire ne correspond pas à celui du comptable de base.
    résultat, quant ils obtiennent leur diplome, ils sont incapables d’organiser le travail de base car ils ne le connaissent que très peu. de ce fait comme l’explique l’article ils se laissent séduire parce que qu’eux comprennent à savoir les nouvelles technologies, lesquelles sont bien loin des réalités du terrain.
    si je prends la formation qui prévalait jadis, on passait le probatoire, le decs, les certificats supérieurs et tout cela en travaillant et lorsque l’on obtenait le diplome on avait la connaissance du métier et ce à tous les stades des fonctions de l’entreprise qu’est un cabinet comptable. par exemple, j’ai commencé à travailler à 18 ans et je me suis installé à 34, c’est à dire quant j’ai eu mon diplome, j’avais 16 ans d’expérience et ce dans tous les services y compris le social quant est il des experts comptables d’aujourdhéui ?

    • admin
      22 juin 2016 at 17 h 50 min

      Votre analyse est excellente !
      Au plaisir de (peut-être) vous rencontrer un jour…
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *