Ubérisation ou robotisation : qui fera le plus de dégâts ?

Robotisation

Ubérisation ou robotisation : qui fera le plus de dégâts ?

Une vidéo récente de Xerfi pose cette question qui mérite l’attention.

Plusieurs articles récents ont évoqué l’éventualité d’une ubérisation de votre Profession, et le congrès de Paris a lui mis en vedette « Le cabinet numérique » qui a entériné la marche (forcée ?) des cabinets d’expertise comptable vers la dématérialisation qui traduit la robotisation croissante de la production des cabinets.

Dans cette vidéo, Philippe GATTET fait la distinction entre les deux phénomènes qui représentent chacun un danger particulier pour les professionnels de la comptabilité.

UberisationRobotisation

Source Xerfi

Caractéristiques de l’ubérisation

Selon M. GATTET, une plateforme numérique met en relation des prestataires experts-comptables indépendants avec des clients : le monopole actuel de la Profession n’est alors pas un rempart à l’ubérisation qui reste un risque potentiel pour les cabinets.

Notre vision : il existe déjà quelques sites web qui se positionnent comme des plateformes mais sur un nombre d’experts tellement limité qu’ils n’ont pas l’impact nécessaire.

Caractéristiques de l’automatisation

UberisationRobotisation

Source Xerfi

Or, d’après le journaliste de XERFI, l’efficacité économique d’une plateforme d’ubérisation serait bien moindre que celle d’une plateforme d’automatisation de la comptabilité.

La comptabilité, c’est :

  • des « data » à collecter, exploiter puis restituer sous une forme spécifique pour satisfaire à la réglementation
  • des machines (et notamment des technologies en forte progression : dématérialisation, cloud computing, big data et progrès de l’intelligence artificielle) qui seront très vite supérieures à l’homme.
UberisationRobotisation2

Source Xerfi

D’ailleurs, des offres automatisées existent ou se développent déjà sur le marché français, et de citer les plus connues :

  • ECL Direct
  • Compta clémentine
  • Socic
  • Small Business Act
  • Cà compte pour moi

Ces plateformes virtualisent les flux de données et la relation clients. De plus, elles peuvent offrir des prestations low-cost car elles accumulent deux compétences fortes :

  1. Des gains de productivité avec les nouvelles technologies… mais pas seulement !
  2. Une organisation optimisée qui renforce la première singulièrement pour obtenir des gains de productivité très importants (de l’ordre de 30 à 50% de mieux que les cabinets traditionnels).

Ces plateformes ne sont pas des ubérisations mais plutôt des low-costisations (ou digitalisation) de l’offre traditionnelle

Philippe GATTET indique que des grands noms de la Profession se lancent dans cette deuxième voie.

MenacesSa conclusion est sans appel : « La menace qui guette l’expertise comptable, ce n’est pas vraiment l’ubérisation, c’est sa robotisation via des plateformes numériques. »

Notre vision pour conclure

L’appétence des cabinets pour les outils technologiques de production rencontre des facteurs de risque importants (pièges du cloud, coûts élevés, temps d’assimilation, absence de masses critiques,…) mais surtout, elle tente de masquer l’arbre qui cache la forêt à savoir l’absence de processus de production formalisés, la désorganisation ambiante déléguée à tort aux collaborateurs et le risque de ne pas pouvoir lutter à terme du fait de coûts de revient trop élevés.

→ Les gains de productivité via les outils de production, c’est moins de 1% de gain annuel.
→ Les gains de productivité via l’organisation de la production, c’est plus de 10% !

C’est ce que n’ont pas encore compris des milliers de cabinets…

Comment révolutionner votre organisation

La vidéo de Xerfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *